Le coucher

CoucherSOleil

La peau est chaude
mes viscères sont chaudes
mes os anémiés se tendent vers toi
délicate est la lumière de sept heures
sans duel
Je me console par ta venue
la mer a renoncé alors
je fais appel je crie
mais tu t’absentes un peu plus
Dans ma tête des rayons de toi qui as tant à faire
je promène cette possibilité que tu m’accordes
le repli
comme ma peau est chaude et confortable

Audrey Feuillet