If we must die

« If we must die is the poem that makes me a poet among coloured americans » – Claude McKay
If we must die est le poème qui fait de moi un poète parmi les Américains de couleur.)

> Poème de Claude McKay lu par l’auteur lui-même.

If we must die, let it not be like hogs
Hunted and penned in an inglorious spot,
While round us bark the mad and hungry dogs,
Making their mock at our accursed lot.
If we must die, O let us nobly die,
So that our precious blood may not be shed
In vain; then even the monsters we defy
Shall be constrained to honor us though dead !
O kinsmen ! we must meet the common foe !
Though far outnumbered let us show us brave,
And for their thousand blows deal one death-blow !
What though before us lies the open grave ?
Like men we’ll face the murderous, cowardly pack,
Pressed to the wall, dying, but fighting back !

Claude McKay, 1919

Si nous devons mourir
Si nous devons mourir – que ce ne soit pas comme des porcs
Traqués et parqués dans un endroit sans gloire,
Pendant qu’autour de nous aboient les chiens, fous et affamés,
En se moquant de notre maudit sort.
Que notre sang précieux ne coule pas
En vain ; et que même les monstres que nous défions
Se sentent contraints de nous honorer, même morts !
Ô mes frères ! Nous devons affronter l’ennemi ordinaire ;
Même si nous sommes moins nombreux, montrons-nous courageux,
Et pour mille coups, répondons d’un seul coup qui tue !
Et qu’importe si c’est la tombe qui s’ouvre devant nous ?
Nous ferons face en hommes à la meute, lâche et meurtrière,
Dos au mur, mourants, mais en nous battant !

Traduction : M’Bê Asch
Ce poème a inspiré le texte If I must die de M’Bê Asch.


Une famille venue du Sud rural vient d’arriver à Chicago, lors de la Grande Migration
(New York Public Library).